L'orgue Giroud de l'église Notre-Dame à Valence

Histoire de l'orgue Giroud

L'orgue a été construit en 1978 par le facteur Michel GIROUD de Grenoble pour Bernard Neveu de Paris. Ce dernier, fournissant aux associations musicales parisiennes certains instruments pour des concerts, souhaitait que l'orgue soit facilement démontable, transportable et robuste. L'orgue a été plusieurs fois utilisé à Paris, notamment lors du Festival Estival.

En 1985, cet orgue est acquis par la paroisse Saint-Jean l'Evangéliste de Grenoble. En juin 2006, 14 ans après la création du Comité des orgues, la Ville de Valence fait l'acquisition de l'orgue Giroud.

Il fut l'orgue de Marie-Claire Alain pendant de très nombreuses années.

Le 16 septembre 2006, a eu lieu la cérémonie exceptionnelle de son inauguration et sa bénédiction sous la haut patronage de Monseigneur Jean-Christophe Lagleize, évêque de Valence, et sous la présidence du Père Michel Bravais, curé de la paroisse Saint Emilien. Etaient présents Dominique Joubert, organiste titulaire de la Cathédrale, Bernard Fouilland, organiste, Liliane Tauleigne, organiste titulaire des orgues du temple St Ruf, Charles Olivier, organiste titulaire de l'ancien orgue Mader et Jean-François Murjas qui a reçu sa titularisation en présence de Madame Léna Balsan, maire de Valence et de Monsieur Patrick Labaune, député de la Drôme.

Cet orgue est un des instruments préférés des organistes Marie Claire Allain et François Henri Houbart. Dominique Joubert, titulaire des orgues de la Cathédrale, a été le titulaire de l'orgue Giroud à Grenoble.

Afin de rendre cet orgue plus harmonieux notamment pour jouer BACH, le Comité de Orgues a fait le choix de faire ajouter, à ses frais, un jeu de trompette aux 9 jeux d'origine.

Composition de l'orgue Giroud

L'orgue Giroud est un ensemble d'aspect contemporain des années 1970. La console « en fenêtre » est surmontée de 5 plates faces formées en alternance de tuyaux d'étain et de tuyaux cuivre. Le tout est encadré par les tuyaux en épicéa de la soubasse de 16'.

Il y a quatre parties distinctes :
> un soubassement comprenant claviers, pédalier, console, sommier pédale, et toute la mécanique (transmissions, accouplement, tirasses).
> un haut de corps comprenant un sommier GO/Positif et toute la tuyauterie s'y rapportant.
Ces deux premières parties sont facilement séparables, la mécanique ayant été conçue ainsi pour rendre l'instrument « facilement » démontable et transportable.
> un ensemble soufflerie comprenant le ventilateur, un soufflet à tables parallèles et le tremblant.
> deux ensembles de tuyaux de soubasse de 16' répartis de part et d'autre de l'instrument et branchés sur le sommier de pédale (soubassement).

Composition de l'orgue avec ses transformations pour Notre Dame :
  
Grand Orgue (56 notes)        Positif (56notes)                Pédale (30 notes)
 
Bourdon 8’                              Bourdon 8’ commun              Sou basse 16’
Montre 4’ (façade)                    Flûte 4’ à cheminées                                    
Doublette 2’                             Tierce 1’ 3/5                          
Plein Jeu III                             Larigot 1’ 1/3
Trompette 8’              
 
Accouplement II/I, tirasse I/P, II/P, tremblant général.